Sur rendez-vous
17 place de la Préfecture
62000 Arras
03 21 23 57 23
Prise de rendez-vous par internet
Accueil > Interventions > Chirurgie mammaire : Reconstruction mammaire

reconstruction mammaire trait après mastectomie

La mastectomie est souvent une nécessité en cas de cancer du sein. Elle peut être totale ou partielle Souvent vécue comme une véritable mutilation, elle constitue une étape traumatisante dans la vie sociale, maternelle et sexuelle d'une femme.

La reconstruction mammaire se propose de reconstruire ce sein amputé. Le but est d'obtenir une symétrie des seins habillés et de restituer une silhouette et une poitrine féminine.

Cette intervention s'adresse à toutes les femmes ayant subit une mastectomie, sans limite d'âge. Certaines patientes souhaitent qu'elle soit réalisée le plus rapidement possible, d'autres ont besoin de plus de temps. Il n'y a pas de délai maximum après la mastectomie pour faire la reconstruction. C'est un processus long, nécessitant une patiente motivée mais qui dans tous les cas, l'aide à se reconstruire psychologiquement.

Lors des différentes consultations, le docteur Le Pendeven vous exposera les différentes étapes et possibilités chirurgicales envisageables. Il choisira en fonction de vos attentes la technique la plus adaptée parmi les techniques actuellement disponibles.

Protocole chirurgical : trait

Quand?

La reconstruction mammaire peut être dans certains cas immédiate, réalisée dans le même temps que la mastectomie. Elle est le plus souvent secondaire.

En cas de radiothérapie adjuvante, il est préférable d'attendre un an avant d'entreprendre cette reconstruction pour permettre à la peau de s'assouplir.

Principe :

De nombreuses techniques existent, mais quelque soit le protocole utilisé, la reconstruction mammaire comporte le plus souvent 3 volets :

  • Reconstruction du volume mammaire.
  • Remodelage de ce volume et symétrisation éventuelle du sein controlatéral.
  • Reconstruction de la plaque aréolo-mamelonnaire.

1er temps : reconstruction du volume mammaire

Il existe deux techniques pour reconstruire le volume mammaire disparu :

  • La première consiste à utiliser une prothèse mammaire.
  • La seconde, à utiliser les tissus propres de la patiente (le dos, le ventre, la graisse) sans implant : c'est la reconstruction autologue.

Le choix dépend bien sûr des préférences de la patiente, mais aussi des contraintes techniques et antécédents médico-chirurgicaux.

Techniques de reconstruction du volume avec prothèse

Le volume est restitué par une prothèse mammaire. Cette technique est surtout utilisée pour la reconstruction mammaire immédiate, en l'absence de radiothérapie, et si la peau a été conservée lors de la mastectomie. Une expansion préalable est parfois réalisée en cas de reconstruction secondaire.

  • Avantages : technique simple, pas de cicatrice supplémentaire, pas de prélèvement musculaire donc peu de douleurs, pas d'éventuelle complication de prélèvement.
  • Inconvénients : résultat moins naturel, nécessité de changements itératifs tous les 10 ans hors complications intercurrentes, symétrie des seins durable rarement obtenue.
reconstruction mammaire par prothèse - incision
Incision pratiquée sur la cicatrice de la mastectomie
reconstruction du sein par prothèse
Technique de reconstruction du sein par prothèse
lien vers la fiche SOFCPRE

Techniques de reconstruction du volume sans prothèse (reconstruction autologue)

Il s'agit alors de reconstruire le volume mammaire par du tissus vivant en prélevant le dos, le ventre ou en réinjectant de la graisse (technique de lipostructure ou lipomodelage).

Le résultat est plus naturel, et durable dans le temps. Il n'y a pas de nécessité de réintervention tous les 10 ans comme c'est le cas pour les prothèses. Ces interventions sont néanmoins un peu plus lourdes que les précédentes. On peut utiliser :

Le dos, en réalisant un lambeau de muscle grand dorsal. Le volume et la peau manquante du sein sont obtenu par le muscle grand dorsal (dans le dos) et la peau en regard.

  • Avantages : absence de prothèse, résultat naturel qui vieillit bien et est durable dans le temps.
  • Inconvénients : cicatrice dorsale, douleur et gêne post opératoire transitoire, suites opératoires un peu plus lourdes que les prothèses.
reconstruction mammaire - grand dorsal
Prélèvement du muscle "grand dorsal"
reconstruction du sein - grand dorsal et prothèse
Reconstruction du sein par muscle grand dorsal et prothèse
lien vers la fiche SOFCPRE

Le ventre en réalisant un lambeau abdominal (lambeau de TRAM) : le volume et la peau manquante du sein sont obtenus par les muscles grands droits de l'abdomen (les muscles abdominaux) et la peau en regard. Cette intervention s'adresse aux patientes qui ont un peu de ventre.

  • Avantages : absence de prothèse, résultat naturel qui vieillit bien et est durable dans le temps, abdominoplastie réalisée dans le même temps.
  • Inconvénients : cicatrice abdominale horizontale, fragilisation de la paroi abdominale, douleurs et gêne post-opératoires transitoires, suites un peu plus lourdes que les prothèses.
reconstruction mammaire - muscle de l'abdomen
Prélèvement du muscle "grand droit" de l'abdomen
reconstruction du sein - muscle de l'abdomen
Reconstruction du sein par muscle grand droit de l'abdomen
lien vers la fiche SOFCPRE

La graisse en réalisant une technique de lipostructure (ou lipomodelage) : le principe est de prélever de la graisse (sur le ventre, les hanches, ou la taille) par lipoaspiration et de la réinjecter pour reconstruire le volume manquant.

  • Avantages : absence de prothèse, résultat naturel qui vieillit très bien et est durable dans le temps, lipoaspiration réalisée dans le même temps. Suites opératoires très simples.
  • Inconvénients : plusieurs séances sont nécessaires pour reconstruire le volume (souvent 3 à 6 séances espacées de 3 mois chacune) rendant plus longue la reconstruction. Cette technique s'adresse donc aux patiente dont le volume à reconstruire n'est pas trop important et qui présentent "des zones donneuses" propices au prélèvement de graisse en quantité suffisante. Une expansion préalable est parfois utilisée (technique du BRAVA).

2ème temps : Remodelage et symétrisation des seins

Il a pour but de symétriser le sein controlatéral, souvent plus volumineux et plus ptosé (tombant). L'intervention consiste alors à réaliser une réduction mammaire ou une pexie mammaire. Néanmoins, cette symétrisation n'est parfois pas nécessaire et n'est jamais obligatoire. Elle permet d'améliorer le résultat global de la reconstruction.

Des retouches du sein reconstruit sont souvent réalisées dans le même temps opératoire.

3ème temps : reconstruction de la plaque aérolo-mamelonnaire

C'est l'étape ultime du protocole. C'est une intervention courte et simple qui consiste à reconstruire l'aréole et le mamelon par greffe ou plastie locale. Elle se réalise sous anesthésie locale.

Au cours des consultations, les différentes techniques seront exposées. Le docteur Le Pendeven choisira en fonction de vos attentes la technique la plus adaptée.

lien vers la fiche SOFCPRE

Bénéfices, limites : trait

La reconstruction mammaire améliore la qualité de vie des patientes ayant subi une mastectomie, c'est une certitude. Elle évite notamment le port d'une épithèse.

Néanmoins, avant de débuter un tel protocole, la patiente doit au préalable avoir fait le deuil de son ancien sein qui une fois reconstruit, ne sera pas identique à son sein natif, et ce ,malgré l'amélioration des techniques.

La reconstruction de la poitrine a ses limites, ses contraintes et ses risques, et tous ces aspects devront être clarifiés avec le chirurgien.

Modalités : trait

  • 2 ou 3 consultations préopératoires.
  • 1 consultation avec un médecin anesthésiste.
  • 1 bilan préopératoire.
  • Arrêt du tabac fortement conseillé afin de réduire les risques de complications post opératoires.
  • Hospitalisation : 1 nuit pour la lipostructure, 2 à 3 jours pour les prothèses, 1 semaine pour les lambeaux de dos ou de ventre.
  • Anesthésie générale.
  • Durée de l'intervention : 1 à 4 heures suivant la technique.

Cicatrices : trait

Les cicatrices sont variables suivant le type de reconstruction.

Suites opératoires : trait

  • Douleur plus ou moins importante en fonction du type de reconstruction.
  • Fatigue 3 à 4 semaines.
  • Pansement tous les deux jours.
  • Consultations de contrôle : patiente revue à la 1ère et 2ème semaine ,1 et 6 mois.
  • Convalescence: 3 à 4 semaines en fonction du type de reconstruction.

Résultat : trait

Le résultat morphologique définitif se juge au minimum à 3 mois de la reconstruction aréolaire. Quant aux cicatrices, elles sont stables un an après l'intervention.

Complications potentielles : trait

Les complications liées à l'anesthésie générale sont exceptionnelles et vous seront exposées par le médecin anesthésiste au cours de votre consultation pré-opératoire.

Les complications post-opératoires liées à la chirurgie sont également rares. Ce sont :

  • Celles communes à toutes les interventions chirurgicales : hématomes, infections, troubles et retards de cicatrisation.
  • Celles liées aux prothèses: coques, rotations, ruptures, infections, expositions.
  • Celles liées aux lambeaux : nécrose du lambeau, séromes, affaiblissement de la paroi abdominale.
  • Pas de complication spécifique pour la lipostructure.
lien vers la page photos

LISTE DES INTERVENTIONS trait